FORUM

GENERATION ÉGALITE - MEXICO

Pour plus d’informations, questions ou clarifications, veuillez écrire à: contacto@forogeneracionigualdad.mx

<We_can_help/>

What are you looking for?

Suite à un processus de sélection participatif et mené par la société civile, le Groupe consultatif de la société civile a été créé au niveau national.

Ce Groupe est composé de 15 membres représentants de groupes vastes et divers. Le Groupe consultatif de la société civile appuiera les processus de prise de décision du Comité directeur au niveau national dans le but d’assurer l’inclusion des priorités de la société civile dans les résultats du Forum.

Groupe Consultatif de la Société Civile (CSAG)

Suite à un processus de sélection participatif et mené par la société civile, le Groupe consultatif de la société civile a été créé au niveau national.

Ce Groupe est composé de 15 membres représentants de groupes vastes et divers. Le Groupe consultatif de la société civile appuiera les processus de prise de décision du Comité directeur au niveau national dans le but d’assurer l’inclusion des priorités de la société civile dans les résultats du Forum.

Groupe Consultatif de la Société Civile (CSAG)

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-aimee

Aimée
Vega
Montiel

Chercheur au Centre de recherche interdisciplinaire en sciences et sciences humaines (CEIICH), Université nationale autonome du Mexique. Experte en études féministes et communication. Présidente de l’Alliance mondiale genre et médias (Global Alliance on Media and Gender ou GAMAG), une initiative lancée en 2013 par l’UNESCO et plus de 600 organisations, dont l’objectif principal est de promouvoir l’égalité des sexes et les droits fondamentaux des femmes dans et à travers les médias et la communication numérique. Co-coordinatrice du réseau universitaire UNESCO UniTWIN sur le genre, les médias et les TIC, composé de 19 universités des cinq régions, qui vise à promouvoir des programmes d’éducation, de recherche et de diffusion sur le genre et la communication. Membre du Groupe d’experts du Conseil de l’Europe chargé de préparer la première Recommandation sur l’égalité des sexes pour le secteur audiovisuel européen, approuvée par les États parties en 2017.

Elle a mené des recherches sur la violence à l’égard des femmes dans les médias et les contenus numériques, sur le genre et les politiques de communication, le genre et les structures des médias, la violence contre les femmes journalistes, ainsi que le genre et la communication dans l’éducation, entre autres. Elle a associé la recherche à l’élaboration de lois, de mécanismes et de politiques aux niveaux national, régional et international dans des organismes tels que la CEDEF et la CSW.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-eugenia-lopez

Eugenia
López
Uribe

Féministe, diplômée en sociologie et titulaire d’une maîtrise en études politiques et sociales. Elle a à son actif plus de 25 ans d’action en faveur des droits des femmes dans toute leur diversité, au sein d’organisations non gouvernementales, d’universités, d’organisations internationales et d’agences gouvernementales. Elle a travaillé auprès des populations rurales, autochtones et urbaines marginalisées. Elle a acquis son expérience dans les domaines du genre, de la sexualité, de la reproduction, du VIH, de la drogue, de l’adolescence et de la jeunesse, du leadership social, de la transparence et de la responsabilité, des affaires et des droits de l’Homme. Fondatrice de la Coalition des jeunes pour la citoyenneté sexuelle « Decidir », du Maria Abortion Fund for Social Justice et de l’alliance féministe Realizing Sexual and Reproductive Justice (RESURJ). Elle est membre de Feminist Neighbours for Sexual and Reproductive Justice en Amérique latine et dans les Caraïbes et du Groupe de référence informel sur les questions LGBTI d’ONU Femmes. Elle est l’actuelle représentante pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’Alliance mondiale pour prévenir et mettre fin aux mariages d’enfants : Girls Not Brides.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-norma-don-juan

Norma
Don Juan
Pérez

Femme indigène Nahua, originaire de Mexico. Membre de la Coordination nationale des femmes indiennes (CONAMI-Mexique). De 2016 à 2019, elle a fait partie de l’équipe de coordination collégiale et du Conseil collégial du Réseau continental des femmes indigènes des Amériques (Enlace Continental de Mujeres Indígenas de las Américas ou ECMIA), et fait actuellement partie du Conseil des femmes dirigeantes de la CONAMI. En 2019, elle a été présidente du conseil d’administration du premier parlement des femmes à Mexico. Elle possède un diplôme en conception des établissements humains (UAM-X), ainsi que des diplômes sur des sujets tels que le genre, l’interculturalité, les droits de l’Homme, le pluralisme juridique, la gouvernance locale et le leadership politique des femmes autochtones, entre autres. Elle est une défenseur des droits de l’homme, une éducatrice populaire et une chercheuse sociale.

Facebook: Coordinadora Nacional de Mujeres Indígenas conami

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-gerdi

Gerdi
Seidl

Elle est titulaire d’un diplôme en sciences politiques de l’Université libre de Berlin et d’un doctorat en développement rural de l’Université métropolitaine autonome, unité Xochimilco. Originaire d’Allemagne, elle a fait du Mexique sa patrie et son lieu de lutte. Pendant 18 ans, elle a accompagné des groupes de femmes d’origine rurale, paysanne et indigène sur des questions d’organisation, de droits et d’égalité des sexes, en particulier au Chiapas et dans le sud-est du Mexique, en collaboration avec des organisations de la société civile et des universités. Elle a mené des recherches sur l’environnement et le genre, les politiques publiques, l’agro-écologie et l’alimentation. Elle travaille actuellement en tant qu’enseignante dans le cadre de la licence en gestion durable des terres auprès d’étudiants d’origine rurale, paysanne et indigène à l’université de Moxviquil et au CESDER dans une approche d’éducation populaire. Elle est membre du Réseau national des promoteurs et conseillers ruraux et considère pratiquer un féminisme rural en constante construction et déconstruction, tirant ses leçons des féminismes du Sud.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-magdalena

Magdalena
García
Hernández 

Économiste, féministe et experte en genre. Elle a été fonctionnaire, employée de banque, membre du personnel des Nations Unies, professeur d’université et chercheuse. Consultante auprès de diverses agences des Nations Unies. Elle a été membre du Groupe mondial d’experts sur les unités de politique financière municipale et les systèmes fiscaux locaux dans le cadre de la Conférence Habitat III. Elle a soutenu la création et la conception d’observatoires de la violence urbaine, sociale et de genre, ainsi que le suivi des dépenses publiques pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle directrice des études économiques à l’école d’économie de l’université de Puebla, directrice générale des études économiques de la banque mexicaine SOMEX, directrice générale du développement social du gouvernement du district fédéral, présidente du Pôle de coordination pour les femmes de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique. Elle est femme d’affaires et directrice générale de Bufete de Estudios Interdisciplinarios AC, organisation consultative auprès de l’ECOSOC aux Nations Unies. Elle a fait partie du Registre national des chercheurs (RENIECYT). Elle est membre du Groupe consultatif des parties prenantes d’ONU-Habitat. Elle a été secrétaire technique de la présidence du Groupe interinstitutions sur le genre (GIG) du système des Nations Unies au Mexique. Elle fait partie du Comité de suivi et d’évaluation du Conseil national de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Elle est coordinatrice du Campus binational des penseurs urbains Mexique – Pérou de la Campagne urbaine mondiale d’ONU-Habitat.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-maria-eugenia-romero

María
Eugenia
Romero

Féministe de renommée nationale et internationale pour son expertise, avec plus de 30 ans d’expérience et d’engagement dans la promotion et la défense des droits des femmes. Membre du Groupe consultatif de la société civile d’ONU Femmes Mexique, du Women’s Major Group et du Conseil consultatif du Réseau pour la santé des femmes d’Amérique latine et des Caraïbes (RSMLAC). Elle est actuellement directrice générale du Groupe pour l’équité entre les sexes, de la citoyenneté, du travail et de la famille, ainsi que du Réseau pour les droits sexuels et reproductifs au Mexique (ddeser).

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-teresa

Teresa
Pérez
Vázquez

Fondateur et directeur exécutif du Centre de recherche sur l’égalité, les politiques publiques et le développement (CIPE), un espace pour la défense des droits de l’homme et le plaidoyer pour l’égalité des sexes dans l’élaboration des politiques publiques nationales, régionales et internationales.

Anthropologue et membre du mouvement féministe depuis plus de 25 ans, elle a promu la création de réseaux féministes aux niveaux local et mondial. Son expérience professionnelle a commencé dans le milieu universitaire et plus tard dans la société civile, où elle a promu et fait partie des principaux espaces de plaidoyer politique tels que l’Audition sur le féminicide et la violence de genre de la Cour permanente de la Fondation Lelio Basso – un mécanisme de collaboration entre les OSC , le gouvernement fédéral et les observatoires de la violence sexiste et de la participation politique des femmes.

Elle a conçu et coordonné des projets internationaux avec le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour éliminer la violence à l’égard des femmes et le Fonds des Nations Unies pour la démocratie pour la prévention de la disparition forcée des filles et des jeunes femmes fondée sur le sexe.

Elle a créé la « Plate-forme de soutien contre la violence des politiques sexistes envers les femmes et pour l’accès à la justice », et est membre du réseau Athena Parity Democracy.

Elle fait partie du Women’s Major Group de l’ONU.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-gloria

Gloria
Ramírez
Hernández

Docteur en sciences sociales, coordinatrice de la Chaire UNESCO en droits de l’homme à l’Université nationale autonome du Mexique, basée à la Faculté des sciences politiques et sociales (FCPyS).

Enseignante latino-américaine spécialisée dans les droits de l’Homme, professeure et chercheuse à l’UNAM, elle s’est consacrée au renforcement de l’éducation, de la promotion et de la défense des droits fondamentaux des femmes au Mexique et en Amérique latine. Elle s’y est consacrée dans le milieu universitaire en tant que professeure ainsi que grâce à la recherche et l’information sur le respect par le gouvernement mexicain des engagements internationaux signés ; ainsi, elle veille au respect de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et de ses recommandations. Elle coordonne des rapports alternatifs avec de nombreuses organisations civiles et institutions universitaires, parvenant ainsi à défendre leurs revendications.

Elle est l’auteure de plusieurs publications sur le sujet, la plus récente étang Los derechos políticos-electorales de las mujeres en México ante la CEDAW (Les droits politico-électoraux des femmes au Mexique selon la CEDAW) (TEPJF:2020). Elle a reçu un certain nombre de prix tels que le prix « Elvira Carrillo Puerto » 2017, décerné par le Sénat de la République pour ses contributions à l’égalité et l’autonomisation réelles des femmes. En 2013, elle a reçu le prix « Hermila Galindo » de la Commission des droits de l’homme du District fédéral, et en 2012, elle a reçu le Prix national universitaire pour l’enseignement des sciences sociales, 2012.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-estela

Estela
Alicia
Fernández
Hermosillo

Elle est titulaire d’un diplôme en philosophie et d’une maîtrise en enseignement supérieur de l’Université autonome de Chihuahua. Titulaire du Diplôme en droits de l’homme du CNDH, du CEDH et de l’Université autonome de Chihuahua. Titulaire du Certificat CALISEG INMUJERES.

Née à Chihuahua City, en 1986, elle a participé à l’émergence de l’APRODEM (Association pour les droits des femmes), qui s’est constituée en 1994 en tant que Cercle d’études sur le genre et avec des ONG féministes nationales, puis latino-américaines, qui ont travaillé sur les revendications de la IVe Conférence mondiale sur les femmes de 1995, à Beijing.

Après avoir délibéré sur la relation entre féminisme et genre, elle a rejoint le militantisme féministe de la sphère universitaire afin d’influencer l’espace éducatif pour l’institutionnalisation du « gender mainstreaming » (approche intégrée de l’égalité).

Elle est la créatrice et la coordinatrice du diplôme « Le genre dans une perspective humaniste », à l’Université autonome de Chihuahua, formatrice en perspective du genre et en politique publique, à l’Institut national pour les femmes, conseillère auprès du Chihuahua Institute for Women, et membre de l’équipe de recherche diagnostique sur les fémicides, qui opère dans 11 États du Mexique.

Chercheuse au Front national féministe pour le rapport national alternatif, 20 ans après la IVe Conférence mondiale des femmes, chapitre : LA VIOLENCE.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-rosenda

Rosenda
Maldonado
Godínez

Femme indigène Otomi, originaire de la municipalité de Huayacocotla, Veracruz. Elle est titulaire d’un diplôme en droit, avec une expérience dans la défense et la promotion des droits de l’homme. Elle se concentre sur la défense des droits des femmes autochtones en matière de violences sexistes, sur l’accès à la justice, à la propriété foncière et territoriale et à la participation à la vie politique.

Elle fournit une assistance juridique agricole aux femmes autochtones, ainsi qu’un accompagnement, des conseils et un soutien aux femmes autochtones victimes de violence domestique.

Elle a contribué et soutenu, avec d’autres organisations, la première demande de diffusion de l’Alerte contre les violences sexistes faites aux femmes (Alerta de Violencia de Género contra las Mujeres) dans l’État de Veracruz. Elle a contribué à des recherches sur la violence sexiste à l’égard des femmes autochtones, ainsi que sur la situation des droits fonciers des femmes autochtones. Elle a participé à l’étude et à la recherche concernant la participation des femmes autochtones aux consultations libres, publiques et informées au Mexique.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-lucia

Lucía
Lagunes
Huerta

Elle est diplômée en journalisme, a suivi des études en sociologie et est titulaire d’un diplôme sur les droits de l’homme dans les nouvelles réformes constitutionnelles du Mexique. Directrice de l’Agence de communication et d’information pour les femmes (CIMAC) et agence de presse Cimacnoticias, fondatrice du Réseau national des journalistes, spécialisée dans le journalisme sensible au genre. Elle coordonne le diplôme Communication et genre en collaboration avec l’UNAM.

Elle a commencé sa carrière de journaliste en 1991. Créatrice des rubriques Zona de Reflexión et Transgresoras. Animatrice de l’émission Análisis Feminista sur Violeta Radio. Commentatrice à Radio Ibero, Radio Universidad de Tamaulipas et Radio Educación. Membre du conseil consultatif du mécanisme de protection des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes.

Elle a participé à plusieurs publications, parmi les plus récentes : Démocratie et médias (Democracia y medios de comunicación), Héritage d’un sexennat : simulation et déplacement (Inheritance of a Sexennium: Simulation and Displacement), Violencia contra mujeres periodistas (Violence contre les femmes journalistes).

Son travail lui a valu plusieurs prix tels que : « Siempre por ellas », décerné par les familles des victimes de fémicide ; VIe Prix international de la liberté de la presse, décerné par l’Université de Malaga et la Chaire UNESCO en communication.

Chercheuse, chroniqueuse, féministe et consultante sur les questions de genre et de journalisme depuis 1985.

Elle a été membre du jury de plusieurs prix de journalisme nationaux et internationaux.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-pilar

Pilar
Muriedas
Juárez

Militante du mouvement féministe depuis 35 ans, elle est diplômée en anthropologie sociale de l’Université de Veracruz et est spécialiste en politiques et gestion culturelles à l’OEI-UAM-CONACULTA.

Elle est membre fondateur du Consortium pour le dialogue parlementaire et l’équité à Mexico et à Oaxaca. Elle est actuellement membre de l’équipe de direction du Consorcio Oaxaca.

Membre de la direction et conseillère consultative du Réseau de santé des femmes d’Amérique latine et des Caraïbes (RSMLAC) et entrepreneur social d’Ashoka.

Elle a été une défenseur de réseaux et d’organisations à vision féministe au Mexique : le Réseau pour la santé des femmes, le Forum national sur les femmes et la politique démographique, le Comité national pour une maternité sans risque au Mexique, le Comité mexicain des organisations non gouvernementales pour la Conférence internationale sur la population du Caire et l’Initiative méso-américaine des femmes défenseurs des droits humains (IM-D).

Elle a participé à l’audience publique de la Cour suprême de justice de la nation en faveur de la dépénalisation de l’avortement à Mexico et a participé activement à la dépénalisation de l’avortement dans l’État d’Oaxaca.

Dans le domaine des droits culturels, elle a participé à diverses initiatives telles que la commission locale pour le Mexique des Amériques de la Société espagnole d’action culturelle et de l’UNESCO. Elle a animé l’exposition « El Sexo Oculto del Dinero » (Le sexe caché de l’argent) à Mexico et au Pays basque. Elle a défendu des projets dans les territoires culturels pour l’équité avec les femmes qui vivent, travaillent ou se promènent dans le centre historique de Mexico.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-alina-1

Alina (Al) Ixchel
Vallejo
Galeana

Elle est titulaire d’un diplôme en communication de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), est spécialiste des politiques publiques et de la justice de genre du Conseil latino-américain des sciences sociales (CLACSO) et est diplômée en non-discrimination de l’Institut de recherche juridique de l’UNAM. Elle fait partie du groupe de travail Jeunesse du Forum Génération Égalité, dirigé par ONU Femmes.

Elle est actuellement directrice et fondatrice du projet et documentaire « Estas Tijeras Cortan » (Ces ciseaux coupés), sur la résistance de jeunes dissidents sexuels dans des contextes fondamentalistes en Amérique latine, financé par le programme  Open Society Foundations 2019 « Young Feminist Leaders » ; boursière du Programme d’échange culturel professionnel de l’Institut des affaires étrangères (IFA), à Stuttgart, en Allemagne ; consultante indépendante ; rédactrice en chef du magazine GénEr♀♂s de l’Université de Colima et de l’Asociación Colimense de Universitarias A.C.

Pendant cinq ans, elle a été la coordinatrice du programme d’éducation aux droits de l’homme et à la paix de l’organisation Musas de Metal Grupo de Mujeres Gay A.C. En outre, elle a participé à des événements nationaux, régionaux et internationaux et aux médias pour l’enseignement et le soutien aux droits de l’homme ; et elle a travaillé en tant qu’animatrice d’ateliers pour les fonctionnaires, les professionnels, les universitaires, le grand public et les militants. Elle s’identifie comme militante, lesbienne, féministe et dissidente.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-roberto

Roberto
Pérez
Baeza

Défenseur des droits de l’homme. Depuis l’âge de 17 ans, il est membre du mouvement de la jeunesse pour les droits sexuels et reproductifs. Il a collaboré avec des organisations nationales et internationales. Ses domaines de travail ont porté sur le développement, le genre et l’inclusion. Il s’est spécialisé dans la participation et la défense des droits des jeunes, des LGBTI, des femmes et des personnes vivant avec le VIH. s’est spécialisée dans la participation et la défense des droits des jeunes, des personnes LGBTI, des femmes et des personnes atteintes du VIH.

Il a réalisé un travail important sur l’éducation et la diversité sexuelle et de genre au Mexique et en Amérique latine. Il a été co-promoteur de la 1ère enquête nationale sur les brimades homophobes au Mexique en 2012. Il a été le représentant des jeunes de la société civile à la 1ère réunion mondiale sur l’éducation et la violence basée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre à l’UNESCO à Paris en 2016. En 2017, il a coordonné l’Enquête nationale sur la violence à l’école fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre contre les élèves LGBT au Mexique, premier rapport régional sur la situation de violence envers les élèves LGBT. Il a fait partie du conseil d’administration de l’Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels pour l’Amérique latine et les Caraïbes (ILGALAC).

Il a travaillé sur des programmes de développement aux niveaux national, régional et international. Depuis 2014, il assure le suivi du programme de population et de développement, plaidant pour le suivi et la défense des questions de M&R, le genre et les LGBTI. Il a fait partie du Grupo Impulsor de Mira que te Miro, un outil de suivi social du respect du Consensus de Montevideo sur la population et le développement dans le domaine des droits sexuels et reproductifs dans la région. Il poursuit le programme Agenda 2030. Depuis 2017, il est membre des commissions de travail du Conseil national de l’Agenda 2030. Il a fait partie de la Commission régionale qui a installé le mécanisme de participation de la société civile en Amérique latine et dans les Caraïbes et a été le représentant du groupe LGBTI dans ce système. Il dirige actuellement le secteur des alliances stratégiques du Projet contre la faim au Mexique.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-aimee

Aimée Vega Montiel

Chercheur au Centre de recherche interdisciplinaire en sciences et sciences humaines (CEIICH), Université nationale autonome du Mexique. Experte en études féministes et communication. Présidente de l’Alliance mondiale genre et médias (Global Alliance on Media and Gender ou GAMAG), une initiative lancée en 2013 par l’UNESCO et plus de 600 organisations, dont l’objectif principal est de promouvoir l’égalité des sexes et les droits fondamentaux des femmes dans et à travers les médias et la communication numérique. Co-coordinatrice du réseau universitaire UNESCO UniTWIN sur le genre, les médias et les TIC, composé de 19 universités des cinq régions, qui vise à promouvoir des programmes d’éducation, de recherche et de diffusion sur le genre et la communication. Membre du Groupe d’experts du Conseil de l’Europe chargé de préparer la première Recommandation sur l’égalité des sexes pour le secteur audiovisuel européen, approuvée par les États parties en 2017.

Elle a mené des recherches sur la violence à l’égard des femmes dans les médias et les contenus numériques, sur le genre et les politiques de communication, le genre et les structures des médias, la violence contre les femmes journalistes, ainsi que le genre et la communication dans l’éducation, entre autres. Elle a associé la recherche à l’élaboration de lois, de mécanismes et de politiques aux niveaux national, régional et international dans des organismes tels que la CEDEF et la CSW.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-eugenia-lopez

Eugenia López Uribe

Féministe, diplômée en sociologie et titulaire d’une maîtrise en études politiques et sociales. Elle a à son actif plus de 25 ans d’action en faveur des droits des femmes dans toute leur diversité, au sein d’organisations non gouvernementales, d’universités, d’organisations internationales et d’agences gouvernementales. Elle a travaillé auprès des populations rurales, autochtones et urbaines marginalisées. Elle a acquis son expérience dans les domaines du genre, de la sexualité, de la reproduction, du VIH, de la drogue, de l’adolescence et de la jeunesse, du leadership social, de la transparence et de la responsabilité, des affaires et des droits de l’Homme. Fondatrice de la Coalition des jeunes pour la citoyenneté sexuelle « Decidir », du Maria Abortion Fund for Social Justice et de l’alliance féministe Realizing Sexual and Reproductive Justice (RESURJ). Elle est membre de Feminist Neighbours for Sexual and Reproductive Justice en Amérique latine et dans les Caraïbes et du Groupe de référence informel sur les questions LGBTI d’ONU Femmes. Elle est l’actuelle représentante pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’Alliance mondiale pour prévenir et mettre fin aux mariages d’enfants : Girls Not Brides.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-norma-don-juan

Norma Don Juan Pérez

Femme indigène Nahua, originaire de Mexico. Membre de la Coordination nationale des femmes indiennes (CONAMI-Mexique). De 2016 à 2019, elle a fait partie de l’équipe de coordination collégiale et du Conseil collégial du Réseau continental des femmes indigènes des Amériques (Enlace Continental de Mujeres Indígenas de las Américas ou ECMIA), et fait actuellement partie du Conseil des femmes dirigeantes de la CONAMI. En 2019, elle a été présidente du conseil d’administration du premier parlement des femmes à Mexico. Elle possède un diplôme en conception des établissements humains (UAM-X), ainsi que des diplômes sur des sujets tels que le genre, l’interculturalité, les droits de l’Homme, le pluralisme juridique, la gouvernance locale et le leadership politique des femmes autochtones, entre autres. Elle est une défenseur des droits de l’homme, une éducatrice populaire et une chercheuse sociale.

Facebook: Coordinadora Nacional de Mujeres Indígenas conami

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-gerdi

Gerdi Seidl

Elle est titulaire d’un diplôme en sciences politiques de l’Université libre de Berlin et d’un doctorat en développement rural de l’Université métropolitaine autonome, unité Xochimilco. Originaire d’Allemagne, elle a fait du Mexique sa patrie et son lieu de lutte. Pendant 18 ans, elle a accompagné des groupes de femmes d’origine rurale, paysanne et indigène sur des questions d’organisation, de droits et d’égalité des sexes, en particulier au Chiapas et dans le sud-est du Mexique, en collaboration avec des organisations de la société civile et des universités. Elle a mené des recherches sur l’environnement et le genre, les politiques publiques, l’agro-écologie et l’alimentation. Elle travaille actuellement en tant qu’enseignante dans le cadre de la licence en gestion durable des terres auprès d’étudiants d’origine rurale, paysanne et indigène à l’université de Moxviquil et au CESDER dans une approche d’éducation populaire. Elle est membre du Réseau national des promoteurs et conseillers ruraux et considère pratiquer un féminisme rural en constante construction et déconstruction, tirant ses leçons des féminismes du Sud.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-magdalena

Magdalena García Hernández 

Économiste, féministe et experte en genre. Elle a été fonctionnaire, employée de banque, membre du personnel des Nations Unies, professeur d’université et chercheuse. Consultante auprès de diverses agences des Nations Unies. Elle a été membre du Groupe mondial d’experts sur les unités de politique financière municipale et les systèmes fiscaux locaux dans le cadre de la Conférence Habitat III. Elle a soutenu la création et la conception d’observatoires de la violence urbaine, sociale et de genre, ainsi que le suivi des dépenses publiques pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle directrice des études économiques à l’école d’économie de l’université de Puebla, directrice générale des études économiques de la banque mexicaine SOMEX, directrice générale du développement social du gouvernement du district fédéral, présidente du Pôle de coordination pour les femmes de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique. Elle est femme d’affaires et directrice générale de Bufete de Estudios Interdisciplinarios AC, organisation consultative auprès de l’ECOSOC aux Nations Unies. Elle a fait partie du Registre national des chercheurs (RENIECYT). Elle est membre du Groupe consultatif des parties prenantes d’ONU-Habitat. Elle a été secrétaire technique de la présidence du Groupe interinstitutions sur le genre (GIG) du système des Nations Unies au Mexique. Elle fait partie du Comité de suivi et d’évaluation du Conseil national de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Elle est coordinatrice du Campus binational des penseurs urbains Mexique – Pérou de la Campagne urbaine mondiale d’ONU-Habitat.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-maria-eugenia-romero

María Eugenia Romero

Féministe de renommée nationale et internationale pour son expertise, avec plus de 30 ans d’expérience et d’engagement dans la promotion et la défense des droits des femmes. Membre du Groupe consultatif de la société civile d’ONU Femmes Mexique, du Women’s Major Group et du Conseil consultatif du Réseau pour la santé des femmes d’Amérique latine et des Caraïbes (RSMLAC). Elle est actuellement directrice générale du Groupe pour l’équité entre les sexes, de la citoyenneté, du travail et de la famille, ainsi que du Réseau pour les droits sexuels et reproductifs au Mexique (ddeser).

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-teresa

Teresa Pérez Vázquez

Fondateur et directeur exécutif du Centre de recherche sur l’égalité, les politiques publiques et le développement (CIPE), un espace pour la défense des droits de l’homme et le plaidoyer pour l’égalité des sexes dans l’élaboration des politiques publiques nationales, régionales et internationales.

Anthropologue et membre du mouvement féministe depuis plus de 25 ans, elle a promu la création de réseaux féministes aux niveaux local et mondial. Son expérience professionnelle a commencé dans le milieu universitaire et plus tard dans la société civile, où elle a promu et fait partie des principaux espaces de plaidoyer politique tels que l’Audition sur le féminicide et la violence de genre de la Cour permanente de la Fondation Lelio Basso – un mécanisme de collaboration entre les OSC , le gouvernement fédéral et les observatoires de la violence sexiste et de la participation politique des femmes.

Elle a conçu et coordonné des projets internationaux avec le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour éliminer la violence à l’égard des femmes et le Fonds des Nations Unies pour la démocratie pour la prévention de la disparition forcée des filles et des jeunes femmes fondée sur le sexe.

Elle a créé la « Plate-forme de soutien contre la violence des politiques sexistes envers les femmes et pour l’accès à la justice », et est membre du réseau Athena Parity Democracy.

Elle fait partie du Women’s Major Group de l’ONU.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-gloria

Gloria Ramírez Hernández

Docteur en sciences sociales, coordinatrice de la Chaire UNESCO en droits de l’homme à l’Université nationale autonome du Mexique, basée à la Faculté des sciences politiques et sociales (FCPyS).

Enseignante latino-américaine spécialisée dans les droits de l’Homme, professeure et chercheuse à l’UNAM, elle s’est consacrée au renforcement de l’éducation, de la promotion et de la défense des droits fondamentaux des femmes au Mexique et en Amérique latine. Elle s’y est consacrée dans le milieu universitaire en tant que professeure ainsi que grâce à la recherche et l’information sur le respect par le gouvernement mexicain des engagements internationaux signés ; ainsi, elle veille au respect de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et de ses recommandations. Elle coordonne des rapports alternatifs avec de nombreuses organisations civiles et institutions universitaires, parvenant ainsi à défendre leurs revendications.

Elle est l’auteure de plusieurs publications sur le sujet, la plus récente étang Los derechos políticos-electorales de las mujeres en México ante la CEDAW (Les droits politico-électoraux des femmes au Mexique selon la CEDAW) (TEPJF:2020). Elle a reçu un certain nombre de prix tels que le prix « Elvira Carrillo Puerto » 2017, décerné par le Sénat de la République pour ses contributions à l’égalité et l’autonomisation réelles des femmes. En 2013, elle a reçu le prix « Hermila Galindo » de la Commission des droits de l’homme du District fédéral, et en 2012, elle a reçu le Prix national universitaire pour l’enseignement des sciences sociales, 2012.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-estela

Estela Alicia Fernández Hermosillo

Elle est titulaire d’un diplôme en philosophie et d’une maîtrise en enseignement supérieur de l’Université autonome de Chihuahua. Titulaire du Diplôme en droits de l’homme du CNDH, du CEDH et de l’Université autonome de Chihuahua. Titulaire du Certificat CALISEG INMUJERES.

Née à Chihuahua City, en 1986, elle a participé à l’émergence de l’APRODEM (Association pour les droits des femmes), qui s’est constituée en 1994 en tant que Cercle d’études sur le genre et avec des ONG féministes nationales, puis latino-américaines, qui ont travaillé sur les revendications de la IVe Conférence mondiale sur les femmes de 1995, à Beijing.

Après avoir délibéré sur la relation entre féminisme et genre, elle a rejoint le militantisme féministe de la sphère universitaire afin d’influencer l’espace éducatif pour l’institutionnalisation du « gender mainstreaming » (approche intégrée de l’égalité).

Elle est la créatrice et la coordinatrice du diplôme « Le genre dans une perspective humaniste », à l’Université autonome de Chihuahua, formatrice en perspective du genre et en politique publique, à l’Institut national pour les femmes, conseillère auprès du Chihuahua Institute for Women, et membre de l’équipe de recherche diagnostique sur les fémicides, qui opère dans 11 États du Mexique.

Chercheuse au Front national féministe pour le rapport national alternatif, 20 ans après la IVe Conférence mondiale des femmes, chapitre : LA VIOLENCE.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-rosenda

Rosenda Maldonado Godínez

Femme indigène Otomi, originaire de la municipalité de Huayacocotla, Veracruz. Elle est titulaire d’un diplôme en droit, avec une expérience dans la défense et la promotion des droits de l’homme. Elle se concentre sur la défense des droits des femmes autochtones en matière de violences sexistes, sur l’accès à la justice, à la propriété foncière et territoriale et à la participation à la vie politique.

Elle fournit une assistance juridique agricole aux femmes autochtones, ainsi qu’un accompagnement, des conseils et un soutien aux femmes autochtones victimes de violence domestique.

Elle a contribué et soutenu, avec d’autres organisations, la première demande de diffusion de l’Alerte contre les violences sexistes faites aux femmes (Alerta de Violencia de Género contra las Mujeres) dans l’État de Veracruz. Elle a contribué à des recherches sur la violence sexiste à l’égard des femmes autochtones, ainsi que sur la situation des droits fonciers des femmes autochtones. Elle a participé à l’étude et à la recherche concernant la participation des femmes autochtones aux consultations libres, publiques et informées au Mexique.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-lucia

Lucía Lagunes Huerta

Elle est diplômée en journalisme, a suivi des études en sociologie et est titulaire d’un diplôme sur les droits de l’homme dans les nouvelles réformes constitutionnelles du Mexique. Directrice de l’Agence de communication et d’information pour les femmes (CIMAC) et agence de presse Cimacnoticias, fondatrice du Réseau national des journalistes, spécialisée dans le journalisme sensible au genre. Elle coordonne le diplôme Communication et genre en collaboration avec l’UNAM.

Elle a commencé sa carrière de journaliste en 1991. Créatrice des rubriques Zona de Reflexión et Transgresoras. Animatrice de l’émission Análisis Feminista sur Violeta Radio. Commentatrice à Radio Ibero, Radio Universidad de Tamaulipas et Radio Educación. Membre du conseil consultatif du mécanisme de protection des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes.

Elle a participé à plusieurs publications, parmi les plus récentes : Démocratie et médias (Democracia y medios de comunicación), Héritage d’un sexennat : simulation et déplacement (Inheritance of a Sexennium: Simulation and Displacement), Violencia contra mujeres periodistas (Violence contre les femmes journalistes).

Son travail lui a valu plusieurs prix tels que : « Siempre por ellas », décerné par les familles des victimes de fémicide ; VIe Prix international de la liberté de la presse, décerné par l’Université de Malaga et la Chaire UNESCO en communication.

Chercheuse, chroniqueuse, féministe et consultante sur les questions de genre et de journalisme depuis 1985.

Elle a été membre du jury de plusieurs prix de journalisme nationaux et internationaux.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-pilar

Pilar Muriedas Juárez

Militante du mouvement féministe depuis 35 ans, elle est diplômée en anthropologie sociale de l’Université de Veracruz et est spécialiste en politiques et gestion culturelles à l’OEI-UAM-CONACULTA.

Elle est membre fondateur du Consortium pour le dialogue parlementaire et l’équité à Mexico et à Oaxaca. Elle est actuellement membre de l’équipe de direction du Consorcio Oaxaca.

Membre de la direction et conseillère consultative du Réseau de santé des femmes d’Amérique latine et des Caraïbes (RSMLAC) et entrepreneur social d’Ashoka.

Elle a été une défenseur de réseaux et d’organisations à vision féministe au Mexique : le Réseau pour la santé des femmes, le Forum national sur les femmes et la politique démographique, le Comité national pour une maternité sans risque au Mexique, le Comité mexicain des organisations non gouvernementales pour la Conférence internationale sur la population du Caire et l’Initiative méso-américaine des femmes défenseurs des droits humains (IM-D).

Elle a participé à l’audience publique de la Cour suprême de justice de la nation en faveur de la dépénalisation de l’avortement à Mexico et a participé activement à la dépénalisation de l’avortement dans l’État d’Oaxaca.

Dans le domaine des droits culturels, elle a participé à diverses initiatives telles que la commission locale pour le Mexique des Amériques de la Société espagnole d’action culturelle et de l’UNESCO. Elle a animé l’exposition « El Sexo Oculto del Dinero » (Le sexe caché de l’argent) à Mexico et au Pays basque. Elle a défendu des projets dans les territoires culturels pour l’équité avec les femmes qui vivent, travaillent ou se promènent dans le centre historique de Mexico.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-alina-1

Alina (Al) Ixchel Vallejo Galeana

Elle est titulaire d’un diplôme en communication de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), est spécialiste des politiques publiques et de la justice de genre du Conseil latino-américain des sciences sociales (CLACSO) et est diplômée en non-discrimination de l’Institut de recherche juridique de l’UNAM. Elle fait partie du groupe de travail Jeunesse du Forum Génération Égalité, dirigé par ONU Femmes.

Elle est actuellement directrice et fondatrice du projet et documentaire « Estas Tijeras Cortan » (Ces ciseaux coupés), sur la résistance de jeunes dissidents sexuels dans des contextes fondamentalistes en Amérique latine, financé par le programme  Open Society Foundations 2019 « Young Feminist Leaders » ; boursière du Programme d’échange culturel professionnel de l’Institut des affaires étrangères (IFA), à Stuttgart, en Allemagne ; consultante indépendante ; rédactrice en chef du magazine GénEr♀♂s de l’Université de Colima et de l’Asociación Colimense de Universitarias A.C.

Pendant cinq ans, elle a été la coordinatrice du programme d’éducation aux droits de l’homme et à la paix de l’organisation Musas de Metal Grupo de Mujeres Gay A.C. En outre, elle a participé à des événements nationaux, régionaux et internationaux et aux médias pour l’enseignement et le soutien aux droits de l’homme ; et elle a travaillé en tant qu’animatrice d’ateliers pour les fonctionnaires, les professionnels, les universitaires, le grand public et les militants. Elle s’identifie comme militante, lesbienne, féministe et dissidente.

foro-generacion-igualdad-gobernanza-grupo-asesor-roberto

Roberto Pérez Baeza

Défenseur des droits de l’homme. Depuis l’âge de 17 ans, il est membre du mouvement de la jeunesse pour les droits sexuels et reproductifs. Il a collaboré avec des organisations nationales et internationales. Ses domaines de travail ont porté sur le développement, le genre et l’inclusion. Il s’est spécialisé dans la participation et la défense des droits des jeunes, des LGBTI, des femmes et des personnes vivant avec le VIH. s’est spécialisée dans la participation et la défense des droits des jeunes, des personnes LGBTI, des femmes et des personnes atteintes du VIH.

Il a réalisé un travail important sur l’éducation et la diversité sexuelle et de genre au Mexique et en Amérique latine. Il a été co-promoteur de la 1ère enquête nationale sur les brimades homophobes au Mexique en 2012. Il a été le représentant des jeunes de la société civile à la 1ère réunion mondiale sur l’éducation et la violence basée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre à l’UNESCO à Paris en 2016. En 2017, il a coordonné l’Enquête nationale sur la violence à l’école fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre contre les élèves LGBT au Mexique, premier rapport régional sur la situation de violence envers les élèves LGBT. Il a fait partie du conseil d’administration de l’Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels pour l’Amérique latine et les Caraïbes (ILGALAC).

Il a travaillé sur des programmes de développement aux niveaux national, régional et international. Depuis 2014, il assure le suivi du programme de population et de développement, plaidant pour le suivi et la défense des questions de M&R, le genre et les LGBTI. Il a fait partie du Grupo Impulsor de Mira que te Miro, un outil de suivi social du respect du Consensus de Montevideo sur la population et le développement dans le domaine des droits sexuels et reproductifs dans la région. Il poursuit le programme Agenda 2030. Depuis 2017, il est membre des commissions de travail du Conseil national de l’Agenda 2030. Il a fait partie de la Commission régionale qui a installé le mécanisme de participation de la société civile en Amérique latine et dans les Caraïbes et a été le représentant du groupe LGBTI dans ce système. Il dirige actuellement le secteur des alliances stratégiques du Projet contre la faim au Mexique.

Sur cette page des photographies de:
Andy Richter, Dzilam Méndez, Ariel Silva, Joe Saade, Ryan Brown.